OUI !

Oui, toutes les photos et les vidéos que vous voyez sur le blog Moi Voyageuse ont été réalisées par moi-même, Heloïse Morel.

Vous aimez mon travail ? Merci !

Visitez mon site de photographe / réalisatrice : heloise-morel.com

Et si vous avez besoin de photos ou de vidéos, alors n'hésitez pas à me contacter : contact@heloise-morel.com



Interview de Justine, expatriée française au Canada

It always seems impossible, until it's done...

En janvier 2017, Justine, 30 ans, a quitté Paris pour s’installer de manière définitive à Montréal. Avec son conjoint, ils ont attendu 3 ans et demi, avant d’avoir leur visa de résident permanant.
En mai dernier, Justine m’a fait découvrir sa nouvelle vie de québécoise et m’a transmit son grand amour pour le Canada.
Ce mois-ci, elle fête son premier anniversaire d’expatriée, et l’heure est au bilan. Elle a accepté de se prêter au jeu de l’interview pour le blog.

Justine Expatriée Française Montreal Canada Quebec Street Style Interview briques escalier

Moi Voyageuse : Allô Justine ! Quitter son pays, c’est un sacré challenge. Qu’est-ce qui t’a donné cette envie ?

Justine : Je trouvais la société française très morose.
Un jour, lors d’un voyage en Italie, on s’est rendu compte que la douceur de vivre est plus forte. Les italiens sont heureux malgré la crise.
En France, c’est plus difficile de positiver. Au travail, les français ont tendance à se plaindre beaucoup mais aussi à rabaisser, critiquer… Et ça joue beaucoup sur le moral et la personnalité. Ça t’empêche d’évoluer.

Bien sûr, l’Italie c’est cool, mais on ne parlait pas 3 mots d’italien.
Il nous fallait un pays francophone, et avec des possibilités de travail dans nos milieux respectifs.
Un mois plus tard, le hasard nous fait tomber sur un reportage qui parle de Montréal et du recrutement des français au Québec. On apprend que la population y est vieillissante et qu’il y a un manque considérable de main d’œuvre.
On s’est dit : « Pourquoi pas faire partie de la nouvelle génération québécoise ? » Et nous nous sommes lancés dans ce dossier de demande de visa.

On pensait que ça irait vite car on est français et qualifiés, mais non. Tous les francophones du monde entier peuvent faire la demande, et ça fait du monde !
Les mois passent, les années passent. C’était un vrai combat psychologique car le projet était dans nos têtes sans être palpable ni certain.
Et, un jour : on a fini par obtenir notre résidence permanente.

Moi Voyageuse : Et à ce moment précis, vous vous sentiez comment ?

Justine : Soulagés ! On n’avait pas fait tout ça pour rien !
Beaucoup d’excitation bien sûr, à l’idée de refaire une nouvelle vie : vendre tout ce qu’on avait pour acheter du nouveau, du mieux. C’était une vraie ébullition. On a crié de joie. Beaucoup.

Et après vient le moment où on pense à nos proches, devoir leur annoncer la nouvelle, préparer les « aurevoir », et c’était une phase plus complexe émotionnellement parlant.

Moi Voyageuse : J’imagine que les débuts n’ont pas été faciles ?

Justine : Non, mais le gouvernement du Canada fait très bien les choses. Il propose un programme d’intégration en ligne. Quand tu fais les démarches pour obtenir ton visa, tu dois te connecter quasiment tous les jours pour faire des exercices sur la vie au Canada. Grâce à ce système, tu as une meilleure idée de ce qui va se passer.
Un fois arrivés au Canada, on n’est pas laissés dans la nature, il y a un vrai suivi, et une vraie aide. C’est comme une naissance. Tu es un inconnu ici.
Au début on avait vraiment mal à la tête, car beaucoup de paperasse. Ce ne sont pas des vacances. Tu bosses pour avoir une identité, ta nouvelle identité canadienne.

Justine Expatriée Française Montreal Canada Quebec Street Style Interview briques double escalier
Justine Expatriée Française Montreal Canada Quebec Street Style Interview mur bois

Moi Voyageuse : Et avais-tu des attentes différentes de la réalité ?

Justine : Ce qui m’a déroutée, c’est que tout le monde parle français. Donc tu as l’impression d’être en France, et que ton intégration sera simple. Mais non. Les canadiens ne sont pas des français. Ce sont des nord-américains. Leurs habitudes de consommation, de communication, de liens sociaux sont très différentes des nôtres.
Quand tu arrives au Québec, tu as envie de t’accrocher à ce qui te rappelle la France… Et tu te rends finalement compte que non ! Ce n’est pas chez toi : tu vis bien dans un autre pays.

En revanche j’étais très heureuse de découvrir une nouvelle façon de travailler, beaucoup plus dynamique. Il y a un vrai positivisme. Il n’y a pas non plus de sentiment de hiérarchie. Les patrons sont très accessibles, ils sont à l’écoute des employés et ne se mettent jamais en position de supériorité.
Et on peut souvent les entendre dire « moi j’ai réussi, alors tu vas réussir ! ».
Et ça c’est une mentalité qu’on ne voit pas en France.

Moi Voyageuse : Et pourquoi avoir choisi Montréal plutôt que Québec ?

Justine : Stratégiquement, lors de la création de notre dossier, on avait demandé la ville de Québec car il y avait moins de personnes qui en faisaient la demande. Mais finalement, on a réalisé, en venant visiter la région, que Québec est plutôt une ville gouvernementale, administrative. Il n’y a pas de vie de quartier, tout ferme tôt. On se sentait très loin de cette énergie là.
La diversité culturelle de Montréal, ses quartiers, sa « bouffe », ses événements, nous correspondaient beaucoup plus.

Moi Voyageuse : Tu avais visité le Québec en tant que touriste il y a 4 ans. Aimes-tu toujours le Québec pour les mêmes raisons, maintenant que tu y vis ?

Justine : Quand on avait voyagé pour découvrir le pays, on a rencontré Shawn, un pur canadien, qui nous a fait découvrir une bonne partie des rues de Montréal et leur histoire.
On a constaté que les canadiens sont très accueillants, chaleureux et qu’ils donnent beaucoup aux autres.
Aujourd’hui, on a le même sentiment.

J’aime aussi le Canada pour ses paysages. D’autant plus qu’il y a vraiment 4 saisons très marquées. Ça paraît anodin mais on le ressent vraiment en nous, les énergies changent.

Ici, la vie est très douce et très agréable. Pas de stress. Et niveau sécurité, c’est le top. On peut rentrer à 3h du matin seule, on sait qu’il n’y aura pas de souci dans la rue.

Moi Voyageuse : Et tu parles le Québécois maintenant ? Quelles sont tes expressions préférées ?

Justine :
C’est compliqué, mais j’arrive à comprendre les subtilités petit à petit.
Pour ce qui est des expressions, il y en a des très marrantes.
« Tu as un trou de cul sous le bras ». Traduction : Tu es très fatigué.
Et ils ont créé un mot encore plus fort que « froid » (normal, quand on connaît les températures de l’hiver canadien). Ici, on dit : « il fait fraite ! ».

Justine Expatriée Française Montreal Canada Quebec Street Style Interview maison plateau mont royal

Moi Voyageuse : Quelles visites pourrais-tu recommander aux lecteurs du blog ?

Justine : Le jardin botanique est à visiter absolument, mais en été pour les fleurs (il neige jusqu’en mars ici).
Je vous conseille aussi une belle balade jusqu’au bout du parc olympique pour avoir une vue panoramique sur la ville.
La vue du Mont Royal est également à couper le souffle.
Je peux aussi citer le pont Jacques Cartier, le parc Jean Drapeau et son biodôme, le vieux port.

Il est aussi très intéressant de remonter le boulevard Saint Laurent, qui prend naissance dans le vieux port, puis remonte jusqu’à Montréal Nord. Au fil de la promenade, on distingue les différentes communautés qui se sont implantées et qui ont écrit l’Histoire de Montréal.

Et enfin, le canal de Lachine, pour faire une balade en vélo. Partez le matin, arrêtez-vous au marché industriel AtWater pour déjeuner, puis allez jusqu’au bout du canal pour arriver à la pointe de la presqu’île de Lachine. Et là, tu as l’impression d’être en face de l’Océan. C’est somptueux et dépaysant. Comme un goût de bout du monde.

Moi Voyageuse : Et pour sortir ? Tu nous conseilles quoi ?

Justine : Le marché Jean Talon pour y déguster des huitres.
Pour la meilleure poutine, ce sera chez Le Gras Dur.
Pour un super cocktail, allez à La Distillerie, avenue du Mont Royal.
Il y aussi un super glacier : le Blue Boy.
Et enfin, passage obligé au restaurant L’Avenue pour un brunch savoureux et très copieux.

Avenue Brunch Restaurant Montreal Canada Quebec Food

Moi Voyageuse : C’est malin ! Tu m’as donné envie de revenir ! Je te laisse le mot de la fin ?

Justine : Cette immigration, c’est une expérience incroyable à vivre. C’est très difficile.
Ça fait un an que nous sommes arrivés, et on commence seulement à se sentir canadiens.
Au début, on se sent vraiment comme des étrangers.

Le Canada c’est un pays sublime, plein d’unicité et d’espoir. Tous les canadiens sont des immigrants à la base, et viennent des 4 coins du Monde. On est heureux de pouvoir y poser, nous aussi, notre pierre.

Je suis contente et fière d’avoir réussi ce début de parcours, et j’attends la suite avec impatience.

Justine Expatriée Française Montreal Canada Quebec Street Style Interview Raton Laveur amies moi voyageuse heloise
Justine Expatriée Française Montreal Canada Quebec Street Style Interview amies moi voyageuse heloise
Partir vivre au Canada - Interview de Justine

(4) Commentaires

  • Moi Voyageuse

    boquet catherine

    Fière de votre courage et ténacité ! Belle vie à vous deux Michaël &justine.

     Répondre

  • Moi Voyageuse

    Vick S.

    Quel courage de changer de vie ainsi, de se lancer dans l’inconnu ! Ça fait réfléchir...

     Répondre

  • Moi Voyageuse

    Michael

    Pourrait-on avoir quelques mots du raton-laveur s’il vous plait ?!

    • Héloïse

      Héloïse

      Il a préféré garder l’anonymat.

    •  Répondre



Laissez un commentaire